FIA WEC - Toyota remporte les 6 Heures de Monza 2021
Retour

FIA WEC - Toyota remporte les 6 Heures de Monza 2021

​Pour la troisième fois de la saison, Toyota s’impose et décroche la victoire avec sa GR010 Hybrid. Un succès malgré une course compliquée, avec une opposition forte de la part d’Alpine, et un vrai rythme trouvé par la Scuderia Cameron Glickenhaus.

A 12 heures, ce dimanche, le Championnat du Monde d’Endurance (WEC) retrouvait le Temple de la Vitesse, haut lieu du sport automobile. Aux avant-postes, les deux Toyota. La GR010 #7 bénéficiait de l’avantage de la pole position. Les premiers virages furent calmes, sans incident, tout le peloton savait que Monza peut être fatal dès les premières secondes. Alors on se respectait, et la course était lancée.

Une domination Toyota ? Pas vraiment. La GR010 #8 de Brendon Hartley, Sebastien Buemi et Kazuki Nakajima a connu plusieurs problèmes de perte de puissance au cours de l’épreuve. Ralentie en piste, repassant par les stands, elle termine en dernière position de la catégorie Hypercar. Pour la #7 de Mike Conway, Jose Maria Lopez et Kamui Kobayashi, c'est la victoire. La première de cette saison. Mais là aussi, la machine hybride a eu des problèmes. À deux heures du but, Kamui Kobayashi s’est arrêté en piste et a été obligé de réaliser une réinitialisation complète…

Alpine profite de ces soucis dans le camp japonais et de plusieurs interventions de la voiture de sécurité - ou de la neutralisation de la course - pour se hisser à la deuxième place. La marque française confirme qu’elle est là pour profiter de chaque petit problème de Toyota. Cette ultime répétition avant les 24 Heures du Mans montre combien la prestation devra être propre en Sarthe pour que Toyota décroche une quatrième victoire de rang, la première avec une Hypercar.

Saluons la vitesse des SCG 007 LMH. L’équipe américaine Scuderia Cameron Glickenhaus a même pu prendre le commandement pendant un bref instant. Après de bonnes qualifications, et un début de course serein, les voitures rouges et blanches ont eu quelques problèmes. Changement de freins pour la #709 ou encore soucis de transmission avec un abandon pour la #708. Mais les progrès sont notables.

Victoire en catégorie LMP2 pour l’équipe United Autosports. Un succès complété d’ailleurs par la troisième place sur le podium au général. Une victoire avec une minute d’avance sur l’Oreca 07-Gibson #31 emmenée par Team WRT. L’issue aurait pu être différente, mais la gestion de la voiture de sécurité a rebattu les cartes et permis à United Autosports de prendre le commandement. Troisième place pour Racing Team Nederland avec un trio inédit composé de Frits van Eerd, Nyck de Vries et Paul-Loup Chatin.

En LMGTE Pro, la victoire fut indécise jusque dans les derniers instants. Le match Porsche contre Ferrari a tenu toutes ses promesses. La marque italienne a d’ailleurs tenté un coup de poker en ne faisant pas rentrer la 488 GTE Evo #51 alors qu’une procédure de Full Course Yellow était en cours. Une décision qui permettait alors à Alessandro Pier Guidi de se retrouver dans l’échappement de Kevin Estree sur la Porsche 911 RSR-19 de Kevin Estre pour les derniers tours. Malheureusement, le risque de la panne sèche guettait et la voiture italienne devait repasser par le stand à deux minutes du but seulement. Victoire Porsche.

En LMGTE Am, la Ferrari 488 GTE Evo #83 s’impose, comme à Spa-Francorchamps. Francois Perrodo, Alessio Rovera et Nicklas Nielsen repartent avec la victoire, alors que la voiture était reléguée au fond de la grille au départ suite à une infraction au règlement technique. Deux Aston Martin Vantage AMR sont sur le podium. La #98 de l’équipe NorthWest AMR devant la #777 de D’station Racing. Ben Keating, qui a mené la première partie de l’épreuve avec une autre voiture de la marque anglaise engagée par TF Sport, a connu une crevaison à haute vitesse le privant d’une victoire.