24 Heures du Mans Virtuelles : Aurélien Mallet, quand le virtuel peut devenir réalité
Retour

24 Heures du Mans Virtuelles : Aurélien Mallet, quand le virtuel peut devenir réalité

Lors de la première édition des 24 Heures du Mans Virtuelles, organisée en 2020, Aurélien Mallet avait vécu une expérience doublement inédite : le multiple champion sim racing avait la responsabilité de piloter la leading car et safety car de cette course légendaire ; il évoluait, de plus, au volant du premier prototype d’endurance hydrogène, la LMPH2G de MissionH24, qu’il partageait avec le pilote officiel alors du programme mené par l’ACO et GreenGT, Olivier Lombard. Alors que la 2e édition des 24 Heures du Mans virtuelles se dispute les 15 et 16 janvier 2022, Aurélien Mallet témoigne de cette participation singulière qui se concrétisera bientôt par un essai, ‘’en vrai’’, de la LMPH2G.

Les 13 et 14 juin 2020, à la date initiale des 24 Heures du Mans, se déroule une course inédite : les 24 Heures du Mans virtuelles, épreuve qui mixe pilotes professionnels et sim racers, vont animer le calendrier international du sport automobile alors que la crise sanitaire de la Covid 19 perturbe nombre d’activités dans le monde. Aurélien Mallet, cinq fois champion de France et cinq fois champion du monde de Sim Racing, s’apprête à participer à cet événement de façon originale. Lui, le compétiteur, qui a déjà couru virtuellement et gagné une épreuve de 24 Heures sur le circuit sarthois, au volant de la Porsche 919 Hybrid, va intégrer l’équipe sport de l’organisation.

« Quand j’ai été contacté pour me présenter cette opportunité, j’ai tout de suite accepté car j’allais pouvoir vivre cette grosse machine de l’intérieur. Avec par exemple, le directeur de course, Eduardo Freitas, qui officie d’ordinaire aux 24 Heures du Mans et en Championnat du monde d’endurance de la FIA, et qui entre autres responsabilités, décide de l’intervention de la safety car quand le déroulé de la course le nécessite », explique Aurélien Mallet, alias ''Laige'' en sim racing. « J’ai toujours été fasciné par le sport automobile, mais le pratiquer demande de sacrés budgets, aussi j’ai découvert l’adrénaline de la compétition par le jeu, le sim racing. Pour vous lancer, c’est simple et accessible à tous, il vous suffit d’avoir une manette, une X Box. J’ai commencé à 16 ans, en amateur, et je me suis fait repérer en ligne avant d’intégrer une équipe pro. Ainsi, j’ai tout piloté de la Volkswagen Polo à une LMP1, en passant par des GT3 ou des supercars… »

Et donc cette LMPH2G, premier prototype électrique hydrogène d’endurance !  « Je partageais la voiture avec Olivier Lombard (pilote alors du programme MissionH24 de l’ACO et GreenGT, dont la finalité est l’introduction, bien réelle, d’une catégorie Hydrogène aux 24 Heures du Mans 2025). Avoir associé dans les équipes engagées, des pilotes professionnels et des experts du sim racing, est extrêmement intéressant. On a ainsi pu voir les talents de certains pros dans la simulation et les échanges sont très intéressants entre les deux disciplines. Pour mener à bien mon rôle, j’ai beaucoup discuté avec Olivier, je me suis renseigné sur ce programme Hydrogène, sur cette voiture, cette nouvelle technologie. Olivier me l’avait dit : l’adaptation en simulation du comportement de ce proto était assez réaliste. J’ai pu me rendre compte de différences par rapport au pilotage avec des LMP1 que j’avais déjà expérimentés en simulation. C’est bien fait, car les 24 Heures du Mans virtuelles n’ont pas simplement reproduit la silhouette de la machine mais sa physique aussi. Ainsi, on se rend bien compte qu’il n’y a pas de frein moteur sur la LMPH2G, quand on récupère de l’énergie aussi… » raconte celui qui a eu la chance d’être de ‘’permanence’’ lorsque la course a réclamé l’intervention de la voiture de sécurité. « J’ai pu ainsi réaliser deux interventions, d’une durée de trois à quatre tours. A chaque fois, cela arrivait pendant mon relais » raconte celui qui restera comme le premier pilote virtuel de la LMPH2G.

L’aventure de ces 24 Heures du Mans virtuelles ne s’arrête pas là pour Aurélien Mallet puisqu’une nouvelle expérience s’est offerte à lui : dans quelques semaines, il va piloter ‘’pour de vrai’’ la LMPH2G, à l’invitation de l’équipe H24Racing. Il sera encadré par Norman Nato et Stéphane Richelmi, deux des trois pilotes de référence de la structure, qui fera en 2022 son entrée en compétition en Michelin Le Mans Cup. « Quand je me retrouverai en passager puis au volant de la LMPH2G, je pense que je vais chercher les références que j’ai pu avoir lors des 24 Heures du Mans virtuelles. C’est normal. Et je vais aussi découvrir le ressenti, ce qui manque le plus en virtuel », explique Aurélien ex ‘’Laige’’ désormais.

Après dix ans de compétition virtuelle, qui lui valent de nombreux trophées, après des journées d’entraînement de plus de 15 heures dans son simulateur pour préparer un championnat, le jeune homme de 26 ans, dernier vainqueur en titre des Le Mans Esports Series, a lâché manettes et ordinateur pour un… Karting. « J’adore les sensations. En sim racing, c’est le mental qui prime, la concentration. » Aurélien aura encore beaucoup d’émotions à partager, quand il s’extirpera sous peu du cockpit de la LMPH2G.